Archive | avril, 2013

A la moulinette

28 Avr

3888435-coup-de-foudre-storm-eclair

La vie s’écoule, discrète

sans tambour ni trompette

en petites historiettes

souvent sans queue ni tête

pleines de pensées secrètes

dans nos cranes d’alouette

pour la moindre silhouette

un essor de bluettes.

de petites amusettes

que le sort parfois jette

pour vous tourner la tête

tout comme au bal musette

on marche à la baguette

devant des blondinettes

charmants vols de bouclettes

la flamme d’une allumette

une passion indiscrète

que vos désirs décrètent

de petites amourettes

qu’on admire en cachette

poussent leur chansonnette

croquent vos cœurs en brochette

vous passent la cordelette

vous tiennent la barbichette

et les sens en carpette

on passe à la buvette

pour boire des anisettes

ou bien quelques canettes

alors on fait la tête

au lieu de faire la fête.

 

 

Danse du cygne

28 Avr
Le tango est une chanson triste Marc Ferrero

Le tango est une chanson triste Marc Ferrero

Comment ne pas évoquer avec tendresse les clubs de danse pour seniors de la capitale, clubs composés principalement de femmes de 55 à 85 ans, à la recherche d’un partenaire pour danser. Lire la suite

Pile je doute, face tu crois!

24 Avr

à cheval

pile je doute

face tu crois

mon doute croit.

une fois pour toutes

mon doute fait foi

en toute bonne foi

n’en fait ni l’article

ni une profession

même si des fois

de mauvaise foi

je nie l’article

et les professions de foi Lire la suite

En train d’écrire, entrain d’écrire!

23 Avr

graffiti_jpeg_low

L’écriture d’un journal, c’est comme ça, pas vraiment digne d’intérêt! Lire la suite

Attends!

22 Avr
salvador-dali-persistance-de-la-memoire-les-montres-molles

salvador-dali-persistance-de-la-memoire-les-montres-molles

Ici, maintenant , avant

sauts d’instant en instant

de merveilleux présents

s’effacent en un rien de temps

on avait tout son temps

ou on croyait l’avoir

car la plupart du temps

on se nourrit d’espoir

il marche sur un fil

et tout le temps il défile

on le trompe, on le perd,

et tout marche de travers

on le trompe, on le donne

jamais il ne pardonne

il vit au jour le jour

et vers jamais il court

sans regard en arrière

pour ce qui fut hier

un jour il nous dépasse

et nos moments trépassent

Béchamel

21 Avr

sn

Douce, la nuit, incitait à la promenade,

impossible de me souvenir dans quel quartier la lune voguait,

son absence, même, peut être passait inaperçue,

on passe, repasse, dépasse, trépasse, outrepasse

« sans rien voir au-dehors »

quelle impasse !

Nous avancions à reculons vers demain,

trop tard déjà, le bel aujourd’hui s’enfuit,

enfouit au cœur de la nuit,

disparut alors que sonne silencieusement

les douze coups d’une mie nuit.

De l’amie nuit

Tu avais des heures durant,

déversés les flots de la logorrhée des solitaires,

dans l’oreille consentante, offerte par le destin.

Découvert le secret de la béchamel,

maïzena plutôt que farine,

promesse de repas qui chantent.

Impossible avant de trouver un repos, 

de me souvenir de la phrase sur la perfection

dans « Black Swan »,

tenter de revoir la scène,

recherche de la perfection,

ah, je ne sais plus,

elle passe de toutes façons par l’abandon,

l’oubli de la technique,

le soi,

se laisser aller complètement,

s’abandonner totalement ….

Dans la béchamel ?

Chut! Il ne se passe rien!

12 Avr
Chut!

Chut!

Il ne se passe rien, quoi !

Dis-je après avoir passé 20 minutes à raconter quelques images de ce film … Lire la suite

Mange!

9 Avr
La grande Bouffe Marco Ferreri

La grande Bouffe Marco Ferreri

Mange à ta faim

mange pour apaiser ta faim

mange sans faim

les plats les plus fins

mange jusqu’à la fin

mange les mets les plus rares

et même les oiseaux rares

Plus ils sont de plus en plus rares

mange comme un oiseau rare

mange jusqu’à plus soif

mange pour apaiser ta soif

tu trouveras beaucoup à boire et à manger

mange de toutes façons t’es déjà gros !

mange pour oublier

mange pour te souvenir

mange la laine sur le dos d’un plus pauvre

mange les petits poissons

mange ton pain noir

mange bio

cela ne mange pas de pain

mange du lion, des vitamines

mange le blanc des yeux

mange des baisers, des caresses

avant que ces nourritures te délaissent

mange ton capital

même si ça te démange

fait la grève de la faim

fait la grève de la fin

mange la grenouille

avant la fin des haricots

et le fin des fins

la fin de tout

mange les pissenlits par la racine

Jouez-vous?

8 Avr
Le tricheur à l'as de carreau de Grégoire de La Tour

Le tricheur à l’as de carreau de Grégoire de La Tour

Êtes vous joueur ? Jouez-vous pour jouer ?

Pour participer? Pour gagner ?

Au dames, au tarot , au bridge, aux dés, aux échecs,

aux courses, en poursuite triviale ou infernale,

à coups de Poker, au go, comme un gogo, contre des gogos,

car tant qu’il y aura des gogos … let’s go!!

Ou bien jouez-vous jusqu’à ce que vous perdiez ?

Jusqu’où êtes-vous prêt à aller ?

Êtes-vous secrètement décidé à tout perdre,

A jouer jusqu’à ce qu’il ne vous reste plus rien.

Voulez-vous consciemment ou inconsciemment tout perdre ?

Qu’êtes-vous prêt à perdre ?

Qu’allez-vous miser ?

Famille, travail, patrie, fric, situation, sécurité, destin, illusions, espérances ?

Jouez-vous des personnages, des rôles qui donnent la rage,

allant d’outrages en outrages, qui mettent vos relations en rage,

jusqu’à ce que l’on vous mette en cage ?

Faites-vous danser des sentiments, que vous n’éprouvez pas vraiment ?

Jouez-vous avec vos émotions, jusqu’à ce qu’elles vous brûlent ?

Jouez-vous à torts et contre toutes raisons ?

Jouez-vous pour prouver que vous aviez raison ?

Jouez-vous jusqu’à la déraison ?

Jouez-vous aveuglement sans aucun recul,

jusqu’à ce que le destin vous accule !

Jouez-vous pour cacher votre détresse,

pour trouver de nouvelles maîtresses ?

Pour que le destin, d’un coup de pied vengeur, vous caresse ?

Pour des prunes, pour le pot, le coup de pot,

pour que le hasard, dans le sens contraire du poil, vous agresse ?

Jouez-vous pour de rire, ou pour la peau des fesses.

Jouez-vous jusqu’à ce que le sort vous blesse ?

Jouez-vous sans demander votre reste ?

Jouez-vous tout ce qui vous reste ?

Jusqu’à ce que vos amis les plus chers, vous délaissent ?

Et sur le tapis vous laissent !

 

 

 

 

 

 

l’échappée laide!

8 Avr
L'ordre du chaos Jérome Bosch

L’ordre du chaos Jérome Bosch

En déséquilibre sur le rebord d’un monde en perdition, il attendait Godot avec la conviction que celui-ci arriverait avant le trépas de cette civilisation. Lire la suite