Archive | janvier, 2013

Se faire une fleur!

31 Jan

Bouquet et FilouteHabillée d’un trench noir, quand noire est la couleur, très brune, ibérique, un grand sac plastique vert bleu juché en bandoulière sur l’épaule droite, énorme bouquet enrobé de papier kraft, lié par une collerette, fleurs venues d’Indonésie. Lire la suite

Gagarine : le retour!

31 Jan

Gagarine

Yeux brillants, grande boite de bière en aluminium doré à la main, les deux blacks s’installèrent, à l’ombre, sur le banc  opposé, juste au moment où après avoir rangé mon bouquin, je me levais pour continuer ma promenade sur la coulée verte.

L’un des deux se leva, titubant légèrement, et me demanda gentiment, comme avec mon livre, j’étais instruit, et tout, et tout, si je pouvais leur donner le nom du premier russe ayant marché sur la lune.. Lire la suite

All that heaven allows

31 Jan

vachement fleur bleue, paysages eneigées idyliques, romance … avec le Beau Rock HudsonTout ce que le ciel permet de Douglas Sirk

All that heaven allows Douglas SirkRécemment veuve avec deux grands enfants, Cary Scott mène une vie sans relief. Mais elle fait la connaissance de Ron Kirby, son jardinier, et projette de l’épouser. Cette relation avec un homme plus jeune et de condition modeste est très mal perçue par son entourage.

Jane Wyman - Rock Hudson

L’aventure intérieure Joe Dante

31 Jan

L'aventure intérieure Joe Dante

Le lieutenant Pendleton se porte volontaire pour une expérience scientifique risquée : être miniaturisé afin d’explorer l’organisme d’un lapin. Mais, aux commandes de son mini submersible, il se retrouve injecté par erreur dans les fesses d’un timide employé de supermarché. Le voilà devenu passager clandestin, à l’intérieur du corps humain.

« L'aventure intérieure

/>Ce qu’il y a de bien lorque tu n’as vu presque aucun des films qui compte depuis quelques décades, c’est qu’ils t’attendent et que tu te régales, beaucoup d’adultes dans cette séance jeune public, riaient à gorge déployée : tu ne t’en ais pas privé…

Terminus tout le monde descend!

30 Jan
Terminus

Terminus

Dans le bus qui m’accompagnait à la causerie, j’ai écouté le chauffeur, un de ceux avec  lequel je parle de temps en temps, un portugais, 46 berges, encore joli garçon, il tirait une drôle de tronche, s’était fait quasiment raser les tifs, ses traits étaient un  peu bouffis.

A la question, il a répondu, non, ça va pas, ma femme me quitte, elle me l’a dit, voilà trois semaines, je prends des neuroleptiques, pour me calmer, au début je conduisais comme un fou, j’ai des tords, c’est sûr, je porte une part de responsabilité, c’est certain, je ne l’ai pas comprise, pas saisi ce qu’elle voulait, on s’engueulait, ça n’allait plus, je voulais aussi que l’on se sépare, mais pas comme ça ! Lire la suite

Husbands de John Cassavetes

30 Jan

Trois hommes à la dériveHusbands John Cassavetes

 

 

« Si l’on supprimait l’oedipe et le mariage que resterait-il à raconter »

Roland Barthes

Brocante

30 Jan

BrocanteOn trouve de beaux vêtements féminins chez les fripiers et dans les vides greniers, quasiment rien pour les hommes, sur un stand, un rebeu marchandait le prix d’un blouson, un débat eut lieu autour de ce blouson, il l’avait acheté six cent dollars à New York, ne le portait jamais, mais ne voulait pas s’en séparer, super campagne de marketing, ai-je commenté, on fait mine de retirer l’article de la vente pour attirer le chaland, superbe stratégie, puis ai déploré le fait que l’on ne trouve que de beaux vêtements féminins, rien pour les mecs, la nana m’a répondu : nous, les femmes, on en achète plus, et on s’en débarrasse plus vite, même s’ils sont encore en bon état, on  n’attend pas comme les hommes, pour eux, ils vont encore, alors ils les gardent jusqu’au bout.

Plus loin, une autre faisait l’article sur une jolie robe d’été, elle me va plus je suis énorme maintenant je ne peux plus la porter, et pourtant qu’elle était agréable, elle vous irait bien disait-elle ; en passant, lui ai dit qu’elle avait tout de même un beau visage, elle m’a répondu que cela ne lui suffisait pas, en partant j’ai lancé le regard du Parthe, c’était vrai, elle avait un cul d’hippopotame !

Parlé bouquins, of course, avec plusieurs, des qui vendaient des Murakami, un Mahfouz, des livres comme cela, on en trouvait, plein de super polars sur un stand abandonné et personne devant, puis une dame s’est pointée, les meufs qui tiennent les stands, les mecs sont de sortie, au bistrot, au foot, on ne sait où, les avez-vous lues toutes ces merveilles, les deux premières trilogies d’Ellroy, là, par exemple, non, ce sont les livres de mon oncle, il y en a plein d’autres, j’ai amené que des polars, aurais bien aimé le connaître, moi, votre oncle, on aurait causé …

Photo de Gadl

Photo de Gadl

Puis j’ai découvert un super endroit, « le réservoir » une déco dingue, un DJ, on y servait un brunch, et deux, les samedis, et souvent de la musique, live, le soir, on peut danser, j’ai pris des photos, un jour, peut être irai-je, qui sait !

Brunch, Resto; Music

Brunch, Resto; Music

On me demande si « JE » aime les voyages

28 Jan

Cjarles Baudelaire par CourbetComment répondre autrement

que par les deux premiers alexandrins

des 144 du« Voyage » de Charles Baudelaire ! Lire la suite

Le village global

27 Jan

 

Le village global

Le village global

Télévision, culture, léthargie, même pas cinq heures du matin alors que déjà aujourd’hui s’avançait avant que je ne me couche. Tu peux te vanter d’avoir pourrit ma nuit, sans doute un bluff, un psychique, un mouvement  pour me désarçonner au poker de la nuit prochaine. Lire la suite

Second life

27 Jan

SNon, vraiment, en aucun cas, l’esprit ne pouvait accepter toutes les implications de ce terme. Le mot terme, d’ailleurs,, n’arrangeait rien à l’affaire, comment, une seule seconde, l’esprit pouvait-il imaginer, concevoir, encore moins accepter l’idée de son échéance, de sa déchéance, d’un divorce avec sa réalité, d’un mariage avec le néant, l’option affreuse, impensable, inacceptable, inexistante de sa propre disparition. Lire la suite